Harmonium et Anches Libres
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 instrument de salon / instrument d'église

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Bastien Milanese
Admin


Masculin Nombre de messages : 1299
Age : 31
Localisation : Val d'Oise + Ariège
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: instrument de salon / instrument d'église   Mar 10 Mar 2009 - 11:54

On le sait (enfin, c'est ce que j'ai pu comprendre), l'harmonium fut tout d'abord créé pour le salon bourgeois du XIXe siècle.
Puis, on a rapidement emmené l'harmonium à l'église, où il pouvait palier à l'absence d'orgue de choeur, ou à l'absence d'orgue tout court.

Ainsi je me pose quelques questions :

L'élargissement de son champ d'action s'est-il fait immédiatement ?
Y-a-t'il véritablement de grande différences en matière de facture ? (harmonie plus recherchée pour l'un, plus puissante pour l'autre)
Les facteurs d'harmonium faisaient-ils véritablement la distinction entre ces deux clientèles ?
Un facteur comme Mustel, qui mena l'instrument de salon à son apogée, faisait-il également dans "l'harmonium d'église" ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/bastien-milanese
Olivier Schmitt
Admin


Masculin Nombre de messages : 1165
Age : 36
Localisation : France, Lorraine, Moselle, région messine
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Mar 10 Mar 2009 - 13:50

L'harmonium de salon ne présente généralement pas clavier transpositeur, son harmonisation est moins forte et son meuble est plus soigné. Souvent le mécanisme est plus complexe (percussion). Mustel faisait également des harmoniums pour les églises, sans trop de différence de facture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olivierschmitt.free.fr
Bastien Milanese
Admin


Masculin Nombre de messages : 1299
Age : 31
Localisation : Val d'Oise + Ariège
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Mar 10 Mar 2009 - 14:59

Olivier Schmitt a écrit:
L'harmonium de salon ne présente généralement pas clavier transpositeur
Le corollaire est-il également vrai, ou tout du moins absolu ? Peut-on dire qu'un harmonium sans clavier transpositeur est un instrument de salon ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/bastien-milanese
Olivier Schmitt
Admin


Masculin Nombre de messages : 1165
Age : 36
Localisation : France, Lorraine, Moselle, région messine
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Mar 10 Mar 2009 - 19:44

La plupart du temps oui. Mais les premiers harmoniums n'avaient pas de clavier transpositeur car le brevet déposé par l'Abbé Clergeau date des années 1850 (si je ne me trompe) et c'est Alexandre (si je me souviens bien) qui a été le premier à le proposer sur ses instruments (peut-être aussi pour faciliter l'adaptation de pièces vocales et/ou instrumentales qui connaissent souvent de nombreuses transpositions possibles).
On peut aussi trouver dans des églises des harmoniums sans clavier transpositeur, mais sans savoir si ce lieu était leur destination initiale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olivierschmitt.free.fr
christophe



Masculin Nombre de messages : 255
Age : 50
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Mer 11 Mar 2009 - 9:31

D'une façon générale, les instruments destinés au salon étaient plus "soignés" que ceux pour l'église.
J'en ai vu qui avaient leur table de registres et le sommier plaqués en loupe d'orme. Très belle réalisation pour un élément qui ne se voit pas !
Les boutons de registres étaient souvent agrémentés d'un filet doré, etc...

Pour ce qui est de la partie musicale proprement dite, Olivier à raison, les instruments de salon étaient en général plus faibles en puissance mais aussi plus raffinés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
escolore



Nombre de messages : 337
Age : 71
Date d'inscription : 10/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Jeu 12 Mar 2009 - 12:20

Nos amis chercheurs n'ont pas encore réussi à apporter des réponses définitives à ce genre de question. Le meuble très soigné (verni) pour le salon, plus rustique (chëne ciré) pour l'église sont des réalités évidentes. La percussion pour le salon (à cause aussi et surtout de son coût supplémentaire) est également évidente mais...
Il reste la question de l'"imitation" des fonds et des anches (Alexandre), celle de l'expressivité aux pédales (Debain) et de l'harmonium symphonique (Mustel). Dans ces caractéristiques " transversales" la différence semble plus marquée d'un facteur à l'autre qu'entre les productions "d'artiste" (= salon???) et ordinaires à l'intérieur d'une même manufacture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier Schmitt
Admin


Masculin Nombre de messages : 1165
Age : 36
Localisation : France, Lorraine, Moselle, région messine
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Jeu 12 Mar 2009 - 20:37

Le vernis n'est pas toujours très soigné... Sur mon harmonium, il y avait des coulures à certains endroits. Le vernis "cloquait" même. J'ai préféré poncer et passé en cire. L'aspect me paraît plus agréable, d'autant que ledit vernis avait foncé et était pas endroit abimé.
Après, effectivement, un médiophone est tellement raffiné qu'il semble plus à sa place au salon. De même, quel intérêt pour l'église que d'avoir percussion, double expression, forte expressif, prolongement et métaphone?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olivierschmitt.free.fr
escolore



Nombre de messages : 337
Age : 71
Date d'inscription : 10/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Ven 13 Mar 2009 - 7:55

La question reste très ouverte! Si l'on en croit le rapporteur de l'expo. u. de 1900, certains facteurs (peut-être Dumont-Lelièvre est-il visé?) privilégient la puissance, l'aspect de faux buffet d'orgue etc. pour complaire à la clientèle d'église.
Le médiophone semble faire partie de cet arsenal.

Il semble exister des instruments "de luxe" (construits à l'unité?) comme celui qui se trouve à Camboulas (Aveyron) un Alexandre à double expression avec meuble très travaillé, banc assorti etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier Schmitt
Admin


Masculin Nombre de messages : 1165
Age : 36
Localisation : France, Lorraine, Moselle, région messine
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Ven 13 Mar 2009 - 9:24

En voilà un exceptionnel : un Mustel à double expression qui a été acheté par la maison Mason & Hamlin, qui l'a installé dans un meuble complètement neuf (et qui a quelques années plus tard changé le clavier).





Après, même à partir de modèles de catalogues, les différents facteurs pouvaient réaliser des instruments uniques selon les vœux de riches commanditaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olivierschmitt.free.fr
Bastien Milanese
Admin


Masculin Nombre de messages : 1299
Age : 31
Localisation : Val d'Oise + Ariège
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Mer 16 Fév 2011 - 19:11

Ailleurs, Olivier Schmitt écrit :
Citation :
A mon avis la destination de l'instrument se fait sur plusieurs critères :

  • qualité de réalisation : les essences précieuses, surtout avec des marqueteries, ne sont pas indiquées dans des lieux soumis à de fortes variantes climatiques (température, hygrométrie) comme les églises ; bois employés pour les claviers, sommiers, structures.
  • présence ou non d'un clavier transpositeur : dans un salon, pour l'interprétation du répertoire soliste ou d'ensemble, cela n'a aucune utilité, puisqu'en principe l'instrumentiste est capable de transposer par lui-même. En revanche, mais cet argument peut être également utilisé pour l'accompagnement de certain(e)s chanteu(se)rs lyriques qui exigent de baisser la musique, le transpositeur est pratique pour un "organiste du dimanche.
  • présence des perfectionnements de l'harmonium de concert (percussion, double expression, etc.) et de registres qui n'ont pas d'utilité "cultuelle (quoique cela peut se discuter chez Dumont-Lelièvre, qui construisait des instruments liturgiques fort élaborés).
  • puissance de l'harmonisation : dans un salon, pour de la musique de chambre une puissance "modérée" est largement suffisante (pour le Requiem de Fauré donné à Metz, mon Kasriel, qui est fort sans être tonitruant, était tout bien, mais face à un chœur étoffé et un orchestre avec cors, trombones et trompettes...), alors qu'il faut "pousser" pour une église.


Je crois que la distinction entre harmonium d'église/de salon s'est imposée aux facteurs, en fonction de la demande. Au final, je pense qu'ils auraient préféré conserver l'instrument dans sa fonction concertante, plus noble. Cela aurait certainement été également préférable à l'image de l'harmonium, qui pâtit encore de sa triste image de pompe à cantiques...

Dans l'absolu, je suis d'accord avec les remarques ci-dessus. Je rajouterai même que tout ceci est parfaitement résumé.
Cependant, je me permet quelques réflexions et remarques supplémentaires.

Au sujet de la distinction harmonium de salon/harmonium d'église, il est visiblement avéré que les facteurs ont dû répondre à la demande pour cette deuxième catégorie. L'instrument, au départ prévu uniquement pour le salon, s'est vu "réclamé" par les églises. Il a fallu donc créer des instruments plus adaptés à cet usage liturgique, dans des lieux plus vastes et à l'acoustique réverbérante. On ne peut non plus nier que cette demande pour un usage liturgique est aussi ce qui a créé une forte activité (en fait, quasiment la principale pour quelques manufactures) dans le domaine de l'harmonium.
Et justement, la question que je me pose, c'est la période qui n'a connu que l'harmonium de salon, et où la production n'était pas divisée en deux. Apparemment, la demande liturgique a été très rapide. Mais, la production ayant véritablement démarré vers 1850 (si je ne fait pas d'erreur), peut-on dire que déjà en 1860 l'harmonium entrait dans les églises ?

Concernant le clavier transpositeur. En effet, on pourra dire que l'absence de transpositeur est le signe d'un instrument plutôt destiné au salon, sauf pour les instruments construits avant l'introduction de ce procédé bien évidemment. Cependant, je pense que la présence d'un clavier transpositeur ne veut pas forcément dire que l'instrument était dévolu à l'église. En effet, nombre de musiciens amateurs ne transposaient pas à vue, et la possibilité de transposer directement pour accompagner devait aussi les séduire. On ne peut donc, je pense, être aussi catégorique.

On pourra aussi me semble-t-il trouver des instruments au meuble simple, aux essences plutôt bon marché (chêne), mais à l'harmonie douce, témoin d'une destination domestique. Il s'agissait bien sûr avant tout de s'adapter à toutes les bourses, à une époque où la possession d'un instrument de musique (typiquement piano et harmonium) était un signe d'appartenance à une certaine catégorie sociale.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/bastien-milanese
Olivier Schmitt
Admin


Masculin Nombre de messages : 1165
Age : 36
Localisation : France, Lorraine, Moselle, région messine
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Mer 16 Fév 2011 - 19:54

Il existe des Mustel avec clavier transpositeur, mais ils sont plutôt rares et résultent de commandes spécifiques. J'avais nuancé moi-même la question du transpositeur (qui n'a pas connu tel ou telle chanteur(euse) qui souhaite une transposition pour les raisons les plus diverses (voire farfelues).

Au départ, je crois que les harmoniums, destinés aux salons ont été "testés" dans les églises. Pour les raisons évidentes (prix nettement moins élevé que celui d'un orgue, faible encombrement, pas besoin de souffleur(s), pas besoin d'accord et d'entretien, etc.) le clergé a vu l'avantage qu'il y avait à tirer de l'utilisation liturgique de l'harmonium. Ainsi la demande a fait évoluer l'offre. Mais je pense également que l'évolution et la distinction entre instrument de salon/d'église se sont faites de manière très progressive, si bien qu'il faudrait (mais c'est totalement utopique) pouvoir comparer tous les instruments de plusieurs manufactures pour appréhender le phénomène.

Autre exemple : d'après la préface d'un recueil de deux pièces de Guilmant, Joris Verdin explique que le compositeur avait d'abord possédé un Mustel relativement simple, avec meuble en chêne et a commandé très rapidement par la suite un Mustel de 7 jeux (5/7) avec meuble plaqué de palissandre. La question des essences de bois n'est effectivement, comme le démontre Bastien, très pertinente.

Comme partout, il n'est pas de cases dans lesquelles ont peut "facilement" classer et catégoriser les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olivierschmitt.free.fr
Bastien Milanese
Admin


Masculin Nombre de messages : 1299
Age : 31
Localisation : Val d'Oise + Ariège
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Mer 16 Fév 2011 - 20:21

Olivier Schmitt a écrit:

Comme partout, il n'est pas de cases dans lesquelles ont peut "facilement" classer et catégoriser les choses.
Peut-être la seule Vérité Vraie dont on peut être certain dans tous les domaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/bastien-milanese
debain51



Masculin Nombre de messages : 116
Age : 48
Localisation : Champagne-Ardenne
Date d'inscription : 02/04/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Mer 16 Fév 2011 - 22:20

La toute première période des années 1850 ne parait effectivement connaitre la distinction de destination. Les finitions de présentation sont un critère mais surtout pour l'esthétique visuelle. Il ne faut pas oublier qu'à cette époque la conception de l'harmonium est encore en pleine évolution. Certains éléments fondamentaux font encore l'objes d'essais plus ou moins satisfaisants (taille des pompes, circuit du vent, des porte-vents, soupapes d'échappement, etc.). La différence d'harmonisation pour les Alexandre et les Debain des débuts ne parait pas flagrante. J'ai en tête deux instruments, un Debain de 1855 et un Alexandre de 1862. Dans les deux cas, on pourrait les classer parmi les instruments de salon par leur finition, l'absence de transpositeur,voire l'harmonisation pour le second. Pourtant dans les deux cas, la date d'achat est connue et il n'ont quitté ni la chapelle ni l'église de leur origine.

La lecture des propos introductifs des catalogues de la maison Alexandre est instructive de ce point de vue. Si les instrument d'art sont bien caractérisés et si certains instruments sont nettement typés pour l'usage liturgique en raison de leur puissance, du traitement de s anches et du type de finition, il y a toute une frange d'instruments polyvalents. Un même modèle se voit adapter qui des percussions qui un transpositeur. Mieux la caisse peut varier alors que le bâti instrument instrumental reste le même.

Il faut aussi distinguer l'instrument de paroisse, sorte d'harmonium "tout-terrain"(transpositeur, solide et puissant) de l'instrument destiné à la chapelle privée pour lequel l'acquéreur porte une attention certaine à l'esthétique du meuble et qui n'aura à soutenir que quelques voix.

Olivier Schmitt rappelait le cas de la manufacture Dumont-Lelièvre dont les instruments, sont parfois complexes, soignés et pourtant quasi exclusivement destinés à l'église.

Après les années 1880, certains facteurs vont se spécialiser ou ne chercher leur clientèle que dans les églises (Dumont, Christophe et Etienne, Kasriel), là où se trouve le marché principal. Mais des maisons comme Alexandre continueront à chercher à toucher le "salon de musique" y compris en proposant des instruments limités (l'orgue à 100 francs est un exemple extrême).

Sur la destination et l'usage effectif, il faut donc effectivement relativiser la classification. En revanche, il faut bien reconnaitre que la "classification" : guide-chant / harmonium d'église, / harmonium de salon/ harmonium d'art demeure malgré tout pertinente et commode pour repérer le type d'instrument devant lequel on se trouve ou qu'on évoque mais il me semble que le critère principal tient surtout à l'harmonisation. L'harmonium d'art ferait même presque exception car on trouve dans cette catégorie aussi bien des instruments destinés au salon à l'harmonie mesurée que des instruments de concert beaucoup plus puissants.

Même si de modestes instruments sonnent avec finesse et si certains harmoniums de salon sont aujourd'hui l'ombre d'eux même, la distinction est rentrée dans notre langage courant d'amateur d'harmonium; elle est sans doute imparfaite mais nous permet de situer le type d'instrument. Cela nous invite à aller jouer et écouter les instruments. Tant mieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
escolore



Nombre de messages : 337
Age : 71
Date d'inscription : 10/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Jeu 17 Fév 2011 - 8:04

Certains mécanismes sont directement inspirés par l'utilisation à l'église:
- Le transpositeur (invention de l'Abbé Clergeau)
- L'"harmoniphrase" de Dumont (à la suite de son premier maître écclésiastique)
- L'harmonichordéon (de l'Abbé Déon)
etc.
De même l'utilisation "musicale" (=salon?) conduit à d'autres mécanismes:
- La percussion (de Martin de Provins)
- Le prolongement
- Le forte expressif
etc.
Sans constituer de règle asolue (l'exception confirme...) ces deux séries de mécanismes semblent s'exclure mutuellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debain51



Masculin Nombre de messages : 116
Age : 48
Localisation : Champagne-Ardenne
Date d'inscription : 02/04/2009

MessageSujet: Forte expressif   Sam 19 Fév 2011 - 18:09

Il est vrai que vu le nombre d'options possibles il est difficile d'édicter des règles absolues. Les grandes maisons étaient attentives pour choyer les clients fortunés et adapter leur instrument à leurs souhaits. Le Mannborg d'Olivier Schmitt en est une bonne illustration !

Escolore, vous évoquiez le forte expressif, c'est à dire, si je ne me trompe pas, l'ouverte des volets de forte couplée à l'expression et dont à la pression de l'air délivrée par les pompes.
N'en ayant jamaisrencontré, je souhaiterait savoir si quelqun l'a déjà vu, et même essayé. Est-ce efficace? Je suppose que cela doit rajouter un peu de complexité au jeu expressif.
Quel est votre avis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
escolore



Nombre de messages : 337
Age : 71
Date d'inscription : 10/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Sam 19 Fév 2011 - 20:43

En fait, le forte expressif -comme la double expression- simplifie(nt) le jeu expressif en l'automatisant par des systèmes pneumatiques. C'est le règne de la "nuance" (où il n'est pas question de couleur). Mal utilisés ces systèmes peuvent provoquer des impressions comparables au mal de mer!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier Schmitt
Admin


Masculin Nombre de messages : 1165
Age : 36
Localisation : France, Lorraine, Moselle, région messine
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Dim 20 Fév 2011 - 9:05

Une chose paraît évidente entre transpositeur et percussion.

Le transpositeur est un système de "faux clavier" (celui qu'on joue) qui translate latéralement pour appuyer sur le vrai clavier (celui qui agit sur les soupapes. Il y a donc un intermédiaire entre le clavier joué par le doigt et la soupape. Le jeu n'est donc pas des plus précis puisqu'il y a plusieurs courses différentes... Or ce paramètre d'enfoncement est important pour la percussion, qui vise justement à rendre l'attaque précise et immédiate dès que la touche est effleurée.

La double expression simplifie peut-être le jeu de nuances, mais à condition de maîtriser parfaitement l'expression simple!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olivierschmitt.free.fr
debain51



Masculin Nombre de messages : 116
Age : 48
Localisation : Champagne-Ardenne
Date d'inscription : 02/04/2009

MessageSujet: instrument de salon/instrument d'église   Lun 21 Fév 2011 - 21:45

La remarque d'Escolore me rappelle des souvenirs de messes "maritimes" avec un harmoniumiste roi de du piano-forte-piano continu. A noté que, passé à l'électronium, la"tempête" a continué avec la pédale d'expression... cela donnait parfois des envies ...javascript:emoticonp('pirat') !

La maîtrise de l'expression est déjà un art difficile à maîtriser, voire carrément aléatoire sur certains instruments à la soufflerie un peu étroite en terme de capacité.

Olivier, vous souligniez la difficile compatibilité entre le clavier transpositeur et le mécanisme de percussions. Le maniement peu délicat des claviers transpositeurs a parfois mis à mal les mécaniques. Qu'on pense au ravissement des enfants de choeur ou du catéchisme découvrant ce mécanisme coulissant... D'où sans doute beaucoup d'imprécision dans le clavier.
Cependant, on peut observer que dans les options de la maison Alexandre, le transpositeur est une option distincte, quasi alternative, de la percussion. Le cumul des deux ne semble pas encouragé; de là à penser qu'il est déconseillé, il n'y a effectivement qu'un pas.

Dans le genre mécanique lourde à jouer, il y a l'harmoniphone de Dumont. Même si toutes ces mécaniques accusent le poids de leur âge et des conditions de stockage, d'entretien et d'usage peu favorables, tous les harmoniphones que j'ai touchés étaient très lourds et souvent imprécis. Quant au réglage, il parait assez difficile. Leur utilisation n'est d'ailleurs pas si évidente que celà, quand les repères sont effacés et que la notice originelle a disparu (dans 95% des cas). Couplé avec le transpositeur décalé cela devient quasiment impossible! Pourtant , ce la a dû fonctionner, mais combien de temps??? Le simplification attendue en l'espèce, ne parait la panacée!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier Schmitt
Admin


Masculin Nombre de messages : 1165
Age : 36
Localisation : France, Lorraine, Moselle, région messine
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Mar 22 Fév 2011 - 5:56

Vous voulez certainement parler de l'"harmoniphrase" de Dumont, système qui démultiplie un accord sur tout le clavier en fonction de la basse jouée et de la note haute appuyée. Je crois que c'est Escolore qui rapprochait la sonorité obtenue de cette du plein jeu de l'orgue.

Je n'ai jamais eu l'occasion de jouer ce mécanisme, car jamais en état de fonctionner. Cette invention, caractéristique de la fièvre des brevets du XIXe siècle est certainement plus anecdotique qu'autre chose, mais mérite d'être conservée, ne serait-ce que pour l'ingéniosité de sa conception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olivierschmitt.free.fr
debain51



Masculin Nombre de messages : 116
Age : 48
Localisation : Champagne-Ardenne
Date d'inscription : 02/04/2009

MessageSujet: Instruments d'église / instruments de salon   Mar 22 Fév 2011 - 21:22

Mille excuses ! Il s'agit effectivement de l'harmoniphrase. Un dispositif effectivement à ranger au titre des curiosités, quoique très répandu dans la production de la maison Dumont-Lelièvre qui comprend par ailleurs de remarquables instruments, comme les modèles G ou les instruments à sommier vertical. Nous ne sommes plus dans l'instrument d'église de base.

Leurs sonorités et leurs possibilités permettraient presque de créer la catégorie des harmonium "symphoniques" tant ils rappellent les sonorités du grand choeur de l'orgue quand ils sont servis par une acoustique généreuse. C'est encore un autre univers avec des timbres clairs, puissants ...et une profusion de jeux ondulants et de combinaisons... surprenantes (choeur angélique, jeu suisse, cor alpestre, etc). sans parler des buffets avec ou sans tuyaux. A noter que dans l'ouest de la France, terre de prédilection de la manufacture des Andelys, certains instruments ont été produits pour des salles de spectacles (théâtres, cinémas). Ceci ne constitue cependant qu'une exception très limitée dans la clientèle très ecclésiatique de la manufacture Dumont-Lelièvrre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier Schmitt
Admin


Masculin Nombre de messages : 1165
Age : 36
Localisation : France, Lorraine, Moselle, région messine
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Mer 23 Fév 2011 - 6:15

Sans même voir qu'il n'existe a priori aucun répertoire spécifique pour ces instruments spécifiques. Je ne classerais pas les Dumont-Lelièvre dans la catégorie d'harmoniums symphonique du fait de leur destination, clairement expliquée par les facteurs eux-mêmes (imitation de l'orgue). Ils sont peut-être les meilleurs représentants de l'harmonium liturgique.

A mon avis, les symphoniques sont des harmoniums tardifs, avec une grande variété d'ondulants et des mécanismes visant à amplifier le caractère orchestral des combinaisons sonores.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olivierschmitt.free.fr
debain51



Masculin Nombre de messages : 116
Age : 48
Localisation : Champagne-Ardenne
Date d'inscription : 02/04/2009

MessageSujet: Instruments d'église / instruments de salon   Mer 23 Fév 2011 - 21:10

A quels types d'instruments pensez-vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
escolore



Nombre de messages : 337
Age : 71
Date d'inscription : 10/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Mer 23 Fév 2011 - 21:39

Olivier Schmitt a écrit:
V car jamais en état de fonctionner. Cette invention, caractéristique de la fièvre des brevets du XIXe siècle est certainement plus anecdotique qu'autre chose, mais mérite d'être conservée, ne serait-ce que pour l'ingéniosité de sa conception.

Désolé, l'harmoniphrase fonctionne (même avec le transpositeur.)
Qu'il soit lourd ce n'est que normal puisqu'il s'agit de pousser 4, 5 ou 6 contre-touches avec une seule touche. Toutes proportions gardées, imaginez 5 claviers accouplés sans assistance pneumatique ou autre.

Vous pouvez venir jouer l'harmoniphrase à 83210.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
escolore



Nombre de messages : 337
Age : 71
Date d'inscription : 10/03/2009

MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Mer 23 Fév 2011 - 21:43

Si l'on considère le grand récit de St Siupice comme le premier instrument vraiment symphonique, il doit être possible de le comparer avec la double-expression qui permet le même effet de tutti lontain qui se rapproche à volonté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debain51



Masculin Nombre de messages : 116
Age : 48
Localisation : Champagne-Ardenne
Date d'inscription : 02/04/2009

MessageSujet: Instruments d'église / instruments de salon   Mer 23 Fév 2011 - 21:46

Je suis d'accord avec vous Escolore, l'harmoniphrase fonctionne, mais à tempi rapides, s'abstenir. L'invention en elle même est remarquable mais il faut que l'instrument soit vraiment en on état pour ôser l'utiliser. La poussière, la corrosion ou la déformation des bois peuvent vite gripper le systême.

Il y existait une notice d'utilisation de l'harmoniphrase. Si quelqu'un en disposait et pouvait le numériser sur le forum ce la pourrait être intéressant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: instrument de salon / instrument d'église   Aujourd'hui à 3:54

Revenir en haut Aller en bas
 
instrument de salon / instrument d'église
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Instruments à cordes grattées
» MPD Vs MPC
» Le Oud et ses artistes
» SALON DE LA MUSIQUE 2010
» Comment Travaillez Vous Votre Instrument?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harmonium et Anches Libres :: L'Instrument :: Discussion générale-
Sauter vers: