Harmonium et Anches Libres
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'harmonium vu par ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bastien Milanese
Admin


Masculin Nombre de messages : 1299
Age : 31
Localisation : Val d'Oise + Ariège
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: L'harmonium vu par ...   Ven 9 Déc 2011 - 21:21

Amusement de ma part, je furette pour voir qu'on écrit diverses personnes aux sujet de l'harmonium... Pour l'instant, ce qui en ressort clairement, c'est le jugement négatif qu'ont ceux qui veulent voir en l'harmonium un "orgue bis", ce qu'il n'est pas.

Commençons par Jean Huré, dans son "esthétique de l'orgue"
L'ouvrage est disponible au téléchargement : http://imslp.org/wiki/L%27Esth%C3%A9tique_de_L%27Orgue_%28Hur%C3%A9,_Jean%29
On y trouve un chapitre consacré à l'harmonium, et un autre consacré à l'orgue-Mustel, ce qui pour l'auteur n'est visiblement pas du tout la même chose. On soupçonnerai même Jean Huré d'avoir quelques actions dans l'entreprise Mustel tant la mauvaise foi est consommée...

Extraits choisis :

L'harmonium
Citation :
L'harmonium est un petit orgue portatif, à anches libres, non munies de tuyaux. Sa sonorité a peu de portée; elle est grêle et nasillarde. L'harmonium est, en réalité, un accordéon agrandi.
(...)
A force d'habileté, quelques facteurs sont parvenus à donner un peu de charme à ces timbres monotones et aigres.
(...)
Chaque jeu est commandé par deux registres (...) qui comportent des appellations fantaisistes ; c'est ainsi que le cor anglais n'a pas le moindre rapport avec le timbre et l'étendue de l'instrument d'orchestre de ce nom ; que la flûte a le son d'un mauvais salicional, que le bourdon ressemble à un saxophone anémique et parlant mal (...) ; que la clarinette évoque vaguement un petit diapason de grand-orgue mal harmonisé.
(...)
A ces jeux s'ajoutent (...) un ridicule tremolo.

Orgue Mustel
Citation :
On a construit des harmoniums très importants et souvent réussis. Néanmoins il convient de donner sans hésitation la palme aux instruments de Mustel, père et fils, dont les collègues les plus éminents proclament eux-mêmes le génie incontestable.
suit un descriptif de chaque jeu, par exemple la harpe éolienne :
Citation :
d'un timbre idéal supérieur en charme mystérieux, en finesse, en poésie, en émotion, en individualité, à la plupart des célestes du grand orgue.
puis sur le Mustel Célesta :
Citation :
C'est, comme chacun sait, un jeu de timbre d'une beauté idéale et d'une telle prolongation sonore que l'on pourrait croire entendre un flûte, d'une pureté miraculeuse
Et vient un passage dont je ne puis que souscrire à 100% (mais en remplçant "orgue Mustel" par "harmonium")
Citation :
L'orgue Mustel n'est pas un grand orgue en réduction ; il se doit à lui-même de ne pas prétendre à des effets "organistiques". (...) A cet instrument bien à part de tous les autres, il faut une littérature spéciale. C'est par l'absence, presque totale, de cette littérature que l'orgue Mustel c'est pas plus répandu.
Et bien sûr il termine en apothéose (c'est d'ailleurs la toute fin de l'ouvrage)
Citation :
Je n'ai jamais rencontré un grand-orgue, ni un piano, ni un clavecin, qui put me satisfaire complètement, et les harmoniums, par essence même, m'ont toujours été antipathiques ; or, depuis mon enfance, je connais l'orgue Mustel et en ai étudié avec soin le maniement ; je n'y ai pas découvert le plus léger défaut ; je n'ai même pas pu supposer qu'il lui fû retranché ou ajouté le moindre élément. Il est pour moi un étonnement continuel, en même temps qu'une grande joie esthétique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/bastien-milanese
Bastien Milanese
Admin


Masculin Nombre de messages : 1299
Age : 31
Localisation : Val d'Oise + Ariège
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: Re: L'harmonium vu par ...   Ven 9 Déc 2011 - 21:24

Autre jugement (et l'auteur a été un habitué de la chose), dans le Larousse "la musique des origines à nos jours" (edition 1946), Norbert Dufourq s'exprime en ces termes :

Citation :
La qualité de la sonorité est inférieure à celle de l'orgue. Certains facteurs ont construit des harmoniums à deux claviers expressifs et pédalier, utiles pour l'étude de l'orgue
Bref, là encore, l'harmonium est vu comme un ersatz d'orgue, bien inférieur, mais dont il faut bien se contenter (faute de merles...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/bastien-milanese
Bastien Milanese
Admin


Masculin Nombre de messages : 1299
Age : 31
Localisation : Val d'Oise + Ariège
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: Re: L'harmonium vu par ...   Ven 9 Déc 2011 - 22:17

Moi je dit, quel copieur ce Lavignac...
Dans "la musique et les musiciens", voici ce qu'écrit ce cher Albert :
Citation :
Assurément il ne procure par l'impression de majesté ; sa sonorité grêle et nasillarde, de peu de portée, l'absence de pédalier qui enrichit l'orgue d'une sorte de troisième main, le peu de variété des timbres et d'autres choses encore, rendent l'imitation bien imparfaite
Outre des tournures de phrase identique à celles de Jean Huré, on retrouve la même aversion pour le tremolo :
Citation :
... le tremblant, dont j'aime mieux ne pas parler, et dont les gens de goût feront bien de ne pas se servir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/bastien-milanese
Olivier Schmitt
Admin


Masculin Nombre de messages : 1165
Age : 36
Localisation : France, Lorraine, Moselle, région messine
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: L'harmonium vu par ...   Sam 10 Déc 2011 - 6:53

Dans le domaine de la lexicographie, il n'est pas rare que d'une édition à l'autre, voire d'un dictionnaire à l'autre, les entrées soient repompées avec quelques ajouts/modifications pour justifier la signature de l'auteur... Cela remonte à la fondation de l'Académie française et à son premier dictionnaire, qui a servi de base à presque tous les autres, et la tradition se perpétue, tout comme les a priori.

Ceux qui décrivent l'harmonium comme un succédané de l'orgue n'en ont certainement jamais vu ou joué, ni compris sa destination (concerts privés, musique de salon, etc.), il est vrai que cette idée aurait certainement défrisé Dufourcq, horrifié par les intérieurs lambrissés, les tentures et mobiliers de moleskine, le style Empire avec son insupportable éclectisme... tout ça était trop loin de la légèreté et de la fraîcheur baroque (Allez dire ça à la Messe en si ou aux Leçons de ténèbres.)

Après, la distinction des définitions entre harmonium simple (d'église) et harmonium d'art (de concert, d'artiste) est très sensible, mais n'oublions pas une chose, c'est qu'aujourd'hui nous sont parvenus les instruments les plus robustes, alors qu'à l'époque, on devait trouver une pléiade d'harmoniums neufs et pas forcément d'une facture excellente.

De ce fait la production des grands noms (Alexandre, Mustel, Richard...) avait une renommée très importante, à tel point qu'elle n'est toujours pas démentie. Elles se sont imposées par les artistes, avec un travail de communications très "offensif" de la part d'Alphonse Mustel, d'où cette quasi vénération pour "l'Orgue-Mustel", dont la plupart d'entre nous sommes touchés (et certains plus que d'autres ! Very Happy ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olivierschmitt.free.fr
dermogloste



Masculin Nombre de messages : 69
Age : 37
Localisation : SENLIS
Date d'inscription : 21/01/2011

MessageSujet: l'harmonium vu par Alexandre Cellier   Mar 27 Déc 2011 - 11:11

[ l'orgue moderne, Alexandre Cellier, Delagrave, 1927, pp 111 et 127]

"
trop souvent considéré comme un diminutif de l'orgue ou orgue du pauvre, l'orgue expressif en diffère beaucoup, comme caractère, comme ressource et comme technique ; s'il n'a pas en partage la majesté, la puissance, la vivacité de timbre et l'ampleur des basses du Grand-Orgue, il n'en est pas moins entre les mains d'un artiste un instrument plein de charme et de souplesse, rendant à la musique d'église, de chambre et de concert les plus grands services"

"l'emploi de l'orgue expressif est des plus pratiques et des plus généraux ; ses sons soutenus et discrets se marient agréablement au piano et aux oeuvres de musique de chambre en général et les plus grand organistes s'y sont intéressé : Lemmens, Chauvet, Franck, Guilmant, Boellmann pour ne citer que les disparus qui ont assistés au début de l'instrument. Un bon harmonium construit par des artistes, sera toujours préférable à un mauvais Grand-Orgue ; pour ces deux instruments, l'art du facteur sera toujours étroitement lié au succès de l'exécutant."

Ce sont les généralités qui encadrent l'étude d'un orgue expressif "connu et apprécié entre tous"... l'orgue-Mustel...
En tout cas, je trouve monsieur Cellier très objectif...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'harmonium vu par ...   Aujourd'hui à 23:08

Revenir en haut Aller en bas
 
L'harmonium vu par ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Duo piano & harmonium
» Harmonium
» micro scene choeur et harmonium
» Mon harmonium
» Harmonium-pédalier 2 claviers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harmonium et Anches Libres :: L'Instrument :: Sources historiques / Publications-
Sauter vers: